Cette semaine, la cyber géopolitique revient à la UNE sur la gouvernance de l’Internet.

En effet, le gouvernement russe a entamé des discussions sur un projet de construction de sa propre « infrastructure Internet » qui pourra être utilisée par les BRICS.
Lors de la conférence de Wuzhen en Chine, le président chinois Xi Jinping a déclaré que le pays ne fermerait pas sa porte à l’Internet mondial, mais que la cyber-souveraineté est la clé de sa vision du développement de l’Internet. Tim Cook, Directeur Général d’Apple, et Sundar Pichai, Directeur de Google, ont assisté à la conférence, une première pour les entreprises de la Silicon Valley d’envoyer une telle représentation. Jack Ma, chef du géant chinois du commerce électronique, Alibaba y a également pris part. Lors de cette conférence, Fatoumata Ndiaye, Directrice Exécutive Adjointe de l’UNICEF, a également déclaré: « Protéger les enfants en ligne est une question vitale dans la gouvernance de l’internet, et également étroitement liée aux objectifs de développement durable ».
D’autres part, Le FGI africain s’est tenu à Sham El Sheik (Egypte) avec une nouvelle Charte adoptée et des recommandations pour améliorer la gouvernance de l’Internet en Afrique.
Sur le cyber-extrémisme, le Forum Internet de l’UE – réunissant des entreprises technologiques, la Commission européenne, les Etats membres de l’UE – s’est réuni pour discuter des progrès réalisés par les entreprises en matière de suppression et de contrôle des contenus extrémistes.
Sur les questions juridiques, l’Union européenne doit présenter à la Cour suprême des États-Unis une requête relative à l’appel interjeté par le ministère américain de la justice contre une décision empêchant les procureurs d’accéder aux courriels détenus par Microsoft en Irlande. Cette affaire soulève la question de savoir si, aux termes de la US Stored Communications Act, les tribunaux américains peuvent exiger qu’un fournisseur de services basé aux États-Unis produise le contenu du compte de messagerie d’un client stocké sur un serveur situé à l’extérieur des États-Unis.
En matière de protection des données, les régulateurs de l’Union européenne ont menacé de contester juridiquement le pacte UE-États-Unis sur le transfert transfrontalier de données personnelles si leurs préoccupations concernant son fonctionnement et les pratiques de surveillance américaines ne sont pas résolues à l’automne 2018.
En outre, Le Conseil de l’UE a approuvé aujourd’hui un projet de conclusions sur la fiscalité de l’économie numérique afin de permettre à l’UE de parler d’une seule voix dans les discussions fiscales internationales et d’aider la Commission européenne à préparer un projet de législation sur ce sujet en 2018.
Sur la surveillance, les autorités fédérales américaines disent qu’ils peuvent demander à une société de technologie américaine de construire des backdoors de surveillance dans leurs produits sans aucune sorte d’ordonnance du tribunal, selon des déclarations de juillet publiées ce week-end, rapporte ZDNet.
Ci-dessous, des informations sur ces sujets et événements ainsi que des documents sur la protection des données, la neutralité de l’internet, etc.
Bonne lecture

Voir revue et sources ici :

http://www.diplointernetgovernance.org/profiles/blogs/revue-web-gouv-internet-russie-sur-internet-ind-pendant-chine